Panier

Vous avez certainement déjà entendu le terme de médecine alternative, médecine holistique ou médecine complémentaire. Ces trois termes, s’ils renvoient à peu près aux mêmes pratiques, n’ont pas tout-à-fait le même sens.

Médecine alternative ?

« Médecine alternative » est pour moi un terme problématique voire dangereux. Une alternative est un choix, ce qui signifierait dans notre cas qu’il existe une médecine conventionnelle et une autre médecine, et que nous aurions le choix entre l’une ou l’autre. La médecine conventionnelle est le fruit de siècles de recherches qui ont bénéficié de beaucoup de moyens financiers, technologiques et humains. La médecine non-conventionnelle, excepté pour certaines pratiques, n’a pas eu ce privilège, et utilise des méthodes « globales » ou « holistes » qui rendent l’analyse scientifique compliquée.

Médecine complémentaire ?

C’est le terme qu’emploie notamment l’OMS (bien qu’elle emploie aussi « médecine traditionnelle »). Avec ce terme, on comprend que la médecine conventionnelle n’est pas une option. J’aime appeler les méthodes que j’applique « médecine complémentaire » car mes patients ne sont pas induits en erreur et que j’apporte surtout un soulagement et des solutions de second recours. Par exemple, le « coupe-feu » sert à soulager les patients sous chimio-thérapie, mais certainement pas à les guérir. C’est complémentaire.

Médecine holistique ?

Avec « médecine complémentaire », c’est une combinaison que j’affectionne également. Holistique vient du holisme en philosophie. Ce mot, associé à « médecine », désigne les pratiques de soin qui approchent le patient de manière globale, aussi bien physique que spirituelle.

Et les autres termes ?

Il existe d’autres mots pour qualifier les méthodes que j’utilise. L’OMS utilise comme nous l’avons mentionné « médecine traditionnelle », mais aussi « médecine non-conventionnelle ». On peut aussi entendre parfois « médecine douce ». Je trouve les mots « traditionnelle » et « douce » confus et ne préfère donc pas les utiliser. En revanche, parler de médecine non-conventionnelle est acceptable car on comprend de quoi il s’agit.

Finalement, doit-on parler de médecine traditionnelle, alternative, complémentaire, holistique, douce…? Chacun utilise le terme qu’il souhaite selon ce qu’il veut véhiculer…Mais dans une approche éthique, mieux vaut dire médecine holistique, complémentaire, ou non-conventionnelle.

Catégories : Général

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *